La digitalisation, un soutien très facilement démultiplicateur

Sebastian Otte I Burkina Faso : la digitalisation, un soutien très facilement démultiplicateur

Sebastian, Expert Junior D4D & Innovation pour Enabel au Burkina Faso, travaille actuellement sur une réponse directe à la crise en étroite collaboration avec le Ministère du Développement de l’Economie Numérique et des Postes et les acteurs du secteur privé burkinabè. Cette réponse vise à renforcer l’approvisionnement de matériel protecteur pour le personnel soignant et de respirateurs open-source via les technologies d’impression 3D.

Respirateur made in Burkina Faso, fonctionnant à l’aide de ballon auto-remplisseur à valve unidirectionnel pour simuler la fréquence respiratoire.
Il peut être utilisé en ville comme en milieu rural avec de l’électricité ou des batteries ordinaires.

Avec sa connaissance de l’écosystème digital au Burkina Faso, il coordonne ce projet innovant pour Enabel avec les acteurs publics et privés locaux. Outre le contexte de crise du Covid-19, ces activités s’inscrivent aussi dans la durée du portefeuille d’Enabel dans le pays partenaire. En effet, ces technologies adoptées peuvent facilement être ré-adaptées pour booster l’entrepreneuriat et soutenir le programme de coopération bilatérale entre la Belgique et le Burkina Faso. 

« Les NTIC permettent vraiment une réponse idéale car ce soutien digital se démultiplie très facilement et rapidement au cœur de nos actions. A travers celles-ci, nous pouvons aussi facilement adapter nos activités pour faire face au contexte local et personnaliser la réponse aux besoins de nos partenaires », appuie Sebastian.

Pour faire face à la crise et inscrire le travail dans la durée, Sebastian et les collègues de son intervention s’assurent d’identifier où l’appui d’Enabel sera maximal en coordonnant le dialogue avec les acteurs institutionnels et privés.

« En restant en constante interaction avec l’écosystème, nous ajustons le rôle d’Enabel parmi les acteurs de développement. La proximité des acteurs au sein de l’écosystème contribue à une collaboration optimale », se réjouit-il.