Monitoring des droits humains en temps de crise

Nathalie Vandevelde I Ouganda : monitoring des droits humains en temps de crise

Nathalie, Experte Junior en Quality and Learning in Justice pour Avocats sans frontières (ASF) à Kampala, contribue pour sa part à une initiative de monitoring des droits humains en temps de Covid-19 lancée par son ONG.

(c) Avocats Sans Frontières

Partout dans le monde, la crise a entraîné des réductions aux droits et libertés, que ce soit en lien avec la mobilité, l'espace civique, le fonctionnement de la justice ou le déploiement de mesures de surveillance des individus. En vertu des standards internationaux, les restrictions aux droits humains sont possibles tant qu'elles poursuivent un but légitime et sont proportionnées à l’objectif poursuivi, ici d’ordre sanitaire.  Dans bon nombre de pays, l’accroissement soudain des pouvoirs de l’exécutif comporte un risque d'instrumentalisation de ces mesures. Les inquiétudes quant au respect des droits humains peuvent émerger des mesures d’urgence elles-mêmes, de leur mise en œuvre (qui peut se révéler abusive), mais également de leur contexte de mise en œuvre (contextes autoritaires, pré-électoraux, etc.). Si les mesures prises pendant la crise inquiètent, de profondes questions se posent également quant aux modalités de sortie de crise et des traces que celle-ci laissera sur les droits humains et l'Etat de droit en général.

C'est dans ce contexte qu'Avocats Sans Frontières a lancé une initiative de monitoring des droits humains en temps de Covid-19 dans ses différents pays d'intervention. En collaboration avec les bureaux pays, une matrice est remplie semaine par semaine en partenariat avec des acteurs locaux de défense des droits humains. Des données y sont collectées pour surveiller les mesures d'urgence prises par les gouvernements, leur évolution, ainsi que leurs incidences sur les droits humains. 

« J'ai eu la chance de participer à la création de ces outils de monitoring et d'être désignée comme point de contact pour la collecte d'informations dans certains pays dont l'Ouganda, explique Nathalie. Cette crise sanitaire laissera de nombreuses traces sur nos modèles de société, tant du point de vue sanitaire, économique que social. Mais il est tout aussi crucial d'analyser ses effets sur l'Etat de droit. En tant qu'Experte Junior engagée dans la défense des droits humains, je suis ravie de prendre part à une telle initiative.»

 

(c) Avocats Sans Frontières
Photo de groupe prise (lors d'une des missions de terrain de Nathalie mais sans rapport avec le monitoring COVID), lors d'une formation de membres des communautés aux modes alternatifs de résolution des conflits, plus particulièrement à la médiation. Ces formations ont évidemment dû s'arrêter à cause du COVID.